QUELQUES RÉFÉRENCES POUR COMMENCER

Évaluer  : XIVe siècle avaluer, de l’ancien français, value (prix, valeur/valeur/ Valeur morale/vaillance de VALERE être fort, bien portant, puissant, valoir

Faire sortir la valeur de

- Porter un jugement sur la valeur, le prix de / estimer, priser- expertiser/calculer/chiffrer
- Par extension : fixer approximativement / apprécier, estimer, juger

Quelques citations  :

Diderot, Lettres à Sophie Volland « Les choses ne sont rien en elles-mêmes….Ce qui les fait ce qu’elles sont, c’est notre âme »

Piaget : « La connaissance objective ne peut se concevoir que relativement à la connaissance subjective »

Ricoeur : « une valeur c’est le positionnement d’un sujet sur un contenu de pensée »

Ces rappels pour comprendre que parler d’évaluation, c’est parler de valeurs, de ses propres valeurs en ce qu’elles sont à mettre en relation avec celles des autres : valeurs variables selon les individus, les lieux, les époques, les cultures, les champs professionnels, etc…
Valeurs à communiquer, expliquer et confronter si l’on veut les faire partager. Évaluer, ce n’est pas que de la technique ou de la mécanique (grilles sophistiquées mais sans réelle pensée), mais un acte où se rejoignent plusieurs dimensions, pédagogique, anthropologique, philosophique, psychologique, entre autres...

COMMENT EVALUER EN HISTOIRE DES ARTS ?

PowerPoint - 677 ko
Quelle évaluation pour l’histoire des arts ?

- Si évaluer signifie « faire sortir la valeur de », rencontrer les œuvres d’art de l’humanité, dialoguer avec elles, c’est en faire sortir les valeurs communes.

- Evaluer c’est mettre en évidence chez l’élève ce qui a de la valeur…et non ce qui fait défaut ou ce qui pêche. Il s’agit donc bien de mettre en œuvre une évaluation visible, intelligente, stimulante, qui rassemble et entraîne, avec des modalités d’évaluation originales, qui permettent de valoriser les connaissances, les capacités et les attitudes manifestées par les élèves.

- Les compétences acquises en histoire des arts doivent être évaluées chaque année tant à l’école primaire qu’au collège. Il serait souhaitable qu’une ligne « histoire des arts » apparaisse dans les bulletins trimestriels. La note de service du 13 juillet 2009 prévoit pour le DNB une évaluation à l’oral. Le dossier constitué par l’élève n’est donc pas l’objet de l’évaluation, pas plus que ne peuvent l’être des productions plastiques ou musicales. Il est vivement conseillé d’appliquer cette disposition dans les classes précédentes même si, de la sixième à la quatrième, les élèves seront sensibles aussi au regard porté par les professeurs sur leur classeur ou de leur dossier. Les modalités de cette évaluation orale peuvent être extrêmement variées : exposé, présentation d’une œuvre sur site, analyse d’une œuvre au cours d’une séquence, verbalisation etc.

- L’arrêté d’organisation définit très précisément les connaissances, les capacités et les attitudes que l’histoire des arts permet d’acquérir et qu’il s’agit donc d’évaluer. Il est inutile de les reprendre ici. L’important est de noter qu’ainsi encadré, cet enseignement trouve toute sa place dans la validation du socle aux différents paliers.

- En ce qui concerne l’évaluation de l’histoire des arts au diplôme national du brevet, deux textes doivent absolument être connus :

• La note de service de la DGESCO n° 2009-148 du 13 juillet 2009 intitulée « Evaluation de l’histoire des arts au diplôme national du brevet » reprise dans le BO n°40 du 29 octobre 2009.

• Le courrier adressé par monsieur le Recteur de l’académie de Créteil aux chefs d’établissement des collèges publics et privés le 19 août 2010.

PDF - 103.3 ko
courrier de monsieur le Recteur Marois du 19 août 2010


Il dresse un bilan de l’expérimentation réalisée en 2009-2010 et présente les deux modalités d’organisation possible de l’épreuve d’histoire des arts du DNB pour la session 2011 : un oral de 15 minutes devant deux professeurs ou un contrôle filé au cours de l’année.